mercredi 26 novembre 2014

AVF part à la découverte du charmant village de St Sulpice

Vous qui arrivez dans une région inconnue, ne restez pas isolés et allez rencontrer AVF (Accueil Villes Françaises) afin de découvrir la région qui vous accueille et recréer des liens sociaux. 

Outre de multiples activités (cartes, chorale, aquarelle, cours de langues, gymnastique, informatique, randonnées....etc) la découverte de la région vous est aussi proposée. 

Une vingtaine d’adhérents d’AVF se sont réunis ce mardi 18 novembre pour partir à la découverte du village de St Sulpice et de son souterrain !






L’accueil de l’office de tourisme a été très chaleureux et la guide, Valérie, a su faire partager sa passion pour l’histoire de ce village, distant d’Albi d’une cinquantaine de kms.
Notre bande d’aventuriers a franchi les portes du temps et est descendue dans le souterrain du Castela. Celui-ci date du Moyen  Age, et a été creusé directement dans la pierre pour servir d’abri à la population, aux animaux et aux biens afin de les protéger des  pillards.
350 souterrains dans le Tarn  mais, celui-ci est le plus long (142 mètres) et le seul ouvert à la visite.
St Sulpice possède également une église forteresse avec le plus grand clocher mur du Tarn mais aussi quelques belles maisons toulousaines qui ont pu être admirées lors de cette visite. Le pont suspendu terminé en 1849 sera emporté par la crue de 1930 et reconstruit en 1931.
Une belle journée,  à la découverte des beautés de la région, qui restera dans les mémoires…
Vous qui arrivez dans l’agglomération albigeoise, ne restez pas isolés, venez donc partager avec nous de tels moments et découvrir notre belle région…..

Où que vous soyez, ne restez pas seuls et allez dans les locaux AVF de votre région afin de découvrir les activités proposées…..




mardi 25 novembre 2014

25 novembre : journée contre la violence à l'égard des femmes !

Pourquoi le 25 novembre ?

« Appeler les femmes "le sexe faible" est une diffamation ; c'est l'injustice de l'homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l'humanité, l'avenir appartient aux femmes. » [Gandhi]
« Le 17 décembre 1999, par sa résolution 54/134, l'Assemblée générale a proclamé le 25 novembre Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, et a invité les gouvernements, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales à organiser ce jour-là des activités conçues pour sensibiliser l'opinion au problème. Les militants en faveur des droits des femmes ont choisi en 1981 la date du 25 novembre comme journée de lutte contre la violence, en mémoire des trois soeurs Mirabal, militantes dominicaines brutalement assassinées sur les ordres du chef de l'État, Rafael Trujillo (1930-1961). »
Qui étaient les sœurs Mirabal ?
Nées dans la région de Cibas, en République dominicaine, Patricia, Minerva et Maria Teresa Mirabal ont toutes trois fait des études supérieures et obtenu un diplôme universitaire.
En 1949, alors que la famille était invitée à assister à une fête à Santiago, dans le palais du gouvernement en l’honneur du dictateur Trujillo, la beauté de Minerva séduira le dictateur qui multipliera les invitations et les avances.....
Ce sera alors le début d'un tournant tragique pour toute la famille
En 1954, Manuela rencontre Manuel Aurelio Tavares Justo dit "Manolo", étudiant en droit, et, malgré les pressions de Trujillo, elle l’épouse en novembre.
Les sœurs Mirabal appartiennent au mouvement clandestin de lutte contre la dictature en République Dominicaine et le 25 novembre 1960, alors qu’elles rendent visite à leurs maris détenus en prison, les trois sœurs sont assassinées.
Leur meurtre bouleversera la population. Un an plus tard, la dictature est renversée.
Lors de la première rencontre féministe qui eut lieu à Bogota (Colombie) en 1981 de nombreuses femmes avouent les violences qu’elles ont subi, au sein de leur famille ou hors du cercle familial (viols, coups et harcèlement sexuel), ainsi que les violences commises alors qu'elles sont incarcérées.

Les sœurs Mirabal devinrent le symbole de la résistance des femmes, aussi, il fut décidé, de faire du 25 novembre la " Journée de l’élimination de la violence à l’égard des femmes " commémorée depuis dans de nombreux pays d’Amérique Latine sous des noms aussi divers que " Journée de la non-violence à l’égard des femmes " ou " Journée de l’éradication de la violence à l’égard des femmes ".
En France, une femme meurt en moyenne tous les 2,5 jours sous les coups de violences conjugales. Le nombre de décès s’élève à 146 en 2009.
Aux Etats-Unis, une femme est battue par son partenaire toutes les 15 secondes.
En Afrique du Sud, une femme est violée toutes les 23 secondes
Au Bangladesh, près de la moitié des femmes ont subi des abus physiques de la part de leur conjoint.
Au Nigeria en 2002, des émeutes ont eu lieu à Abuja causant la mort d'une centaine de personnes et en blessant un millier. La raison de ces violences n'étaient autre que l'élection de Miss Monde qui devait avoir lieu dans la capitale fédérale. Il est certain qu'un tel spe
ctacle ne peut être que mal perçu par un pays musulman et les nigérianes subiront le poids de cette dramatique erreur du président de confession chrétienne : le président Obasanjo.
Malgré la multiplication des dispositifs mis en place par les gouvernements successifs et de nombreuses associations, les chiffres se maintiennent.
La loi du 9 juillet 2010 relative « aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants » fera l’unanimité entre députés et sénateurs de la majorité et de l’opposition apportant de nouvelles réponses :
  • Création d’un délit de violences psychologiques au sein du couple existant ou passé
  • une ordonnance de protection
  • une surveillance électronique mobile des auteurs de violences au sein du couple.
Le texte des parlementaires prévoit la création d’une "ordonnance de protection des victimes" pour "protéger, en urgence, les personnes qui sont en situation de danger" et qui"interviendra donc en amont du dépôt de plainte". Elle pourra"être demandée par la victime de violences au sein de son couple, ou pour des violences commises par un ex-conjoint ou partenaire"( texte remis à la presse).
Il est également prévu la création d’un délit de mariage forcé. La procédure d’éviction du conjoint violent pourrait aussi être étendue aux couples pacsés. Le texte prévoit aussi de lutter contre les violences sexistes dans les médias, de créer un observatoire des violences faites aux femmes et de faciliter le renouvellement du titre de séjour pour les femmes étrangères victimes de violences.
Malgré les dispositifs qui existent, pourquoi les chiffres ne diminuent-ils pas ?
Qu’est-ce qui retient les femmes de dénoncer les auteurs de ces violences ?
Que faire pour prévenir ces derniers d’agir ?
Mais, une loi peut-elle agir alors que dès l’enfance l’accent est mis sur la différence des sexes et la supériorité du sexe masculin ?
Ce problème ne devrait-il pas être pris en compte dès le plus jeune âge ?
Les crédits suivront-ils cette loi ou ne va-t-elle pas comme bien d’autre tomber dans les oubliettes ?
« Chaque année dans notre centre, nous accueillons 215 personnes, mais nous refusons aussi 400 demandes d’hébergement faute de places. » Or la loi impose aussi de trouver un logement aux femmes en situation d’urgence. « Où va-t-on les mettre ? », s’interroge Paula Figueroa-Savidan, juriste au CIDFF (Centre National d’information sur les Droits des Femmes et des Familles).

Après les Poussins, voici les Pendus !







Un coup de fil ce matin et je découvre un mouvement de grogne que j’ignorais et, pas très loin de chez moi !
A Carcassonne, suite au suicide d’un commerçant qui était étranglé par les charges, un mouvement de grogne s’amplifie. Le mouvement des Pendus vient de voir le jour !
Après le mouvement des poussins créé en juin 2013, (Mouvement de défense des Auto-Entrepreneurs), voilà les Pendus !
On nous parle de transparence mais, Les commerçants dénoncent  l’opacité du RSI (Régime de protection sociale obligatoire des chefs d`entreprise indépendants actifs et retraités) en expliquant ne pas savoir comment sont calculées les cotisations, les reversions, les indemnités journalières, quelle est la part du social, etc...
Quand une amie m’a donné le chiffre qui est demandé tous les mois à une petite entreprise (un employé !), j’ai été effarée ! Chiffre important tous les mois et une facture salée en fin d’année qui vient s’ajouter à ces cotisations perçues tous les mois et, ce, sans justification !














Mais, comment un régime SOCIALISTE qui se respecte, peut-il se remplir les poches, autoriser un double mandat à des Ministres  et laisser faire cela ! Mais, où est l'exemple quand on demande aux autres de se serrer la ceinture ? 
Après un Sarkosy qui a trahi ses promesses, qui, sans vergogne a augmenté son salaire de 170% (incroyable !)
on en est au même point ! C'est triste et effrayant !
Et, pendant ce temps, les restos du cœur attaquent leur 30ème campagne !
Témoignages émouvants : «ravaler ma fierté, mais me sortir de ma situation, car je peinais financièrement au quotidien…. »
Mais, que cherchent ceux qui nous gouvernent ? Les gens en ont ras le bol ! Ne le voient-ils donc pas ?
Mais, comment croire en nos dirigeants ! Et, pourtant j'ai cru qu'une politique un peu plus propre pouvait exister mais, j'ai vite déchanté en assistant à certains débats  !!!!!
« On ne fait pas de politique avec de la morale, mais on n’en fait pas davantage sans. » (André Malraux)
Lors de bien des débats auxquels j'ai assisté, je suis agacée de trouver autant d'hostilité !
Ce climat, je l'avais ressenti lors d'un débat d’Alice et d'une représentante du groupe Attac. Elle m'avait parue désemparée devant tant de mauvaise foi. Elle n'était pas habituée à se lancer dans de tels débats. Elle se fera « laminer » par son adversaire et jettera parfois vers nous des regards suppliants pour la sortir de là mais, néophyte en politique je chercherai en vain l'argument pour la tirer de ce mauvais pas !
Trop pure au début, elle a fini par « se faire les dents » et, elle a gagné en agressivité ! Cette pureté qui m'avait attirée chez elle a disparu. Je ne l'envie pas !
A la fin de la réunion, je m’étais tournée vers la militante d'Attac et, lui avais dit : 
« Je vous ai bien écoutée »
Elle m’a regardée en souriant, s'attendant sûrement à un compliment. J’ai alors ajouté :
« Cette hargne et violence dans vos propos m'ont répugnée !».

Elle a perdu ses illusions quant à d'éventuels compliments ! Elle a tenté de se justifier et, interpellée par d’autres personnes, elle a fui, heureuse d’être tirée de ce mauvais pas et de mes griffes (pour ne pas dire ma langue !) acérées." (Extrait de "Au risque de me perdre")

« L'émeute qui finit par étrangler ou détrôner un sultan est un acte aussi juridique que ceux par lesquels il disposait la veille des vies et des biens de ses sujets. »
( Jean-Jacques Rousseau )

lundi 24 novembre 2014

Le redoublement......c'est terminé !

Et, ça continue !
Les réformes de la nouvelle Ministre de l'EN se poursuivent.
Après l'autorisation du voile pour les mères qui
accompagnent les sorties, voici arrivée la fin du redoublement !
Cela fait longtemps que le redoublement sanction n'a plus de place dans nos conseils de classe. Elle ne semble pas très au courant de ce qui se passe réellement.....Sa loi, ce n'est pas un scoop !!!!
Le redoublement était désormais une chance supplémentaire que l'on donnait à un élève qui avait, à notre avis, les compétences pour réussir si on lui donnait un peu plus de temps.
Désormais, les parents décideront et, comme bien souvent, ceux-ci voient d'un mauvais oeil un redoublement parce que ça ne fait pas bien aux yeux des autres, parce que l'enfant ne voudra pas, le redoublement est exclu !
Mais, sur quoi se basent les Ministres dans leurs réformes ? Sur l'argent, rien que l'argent ! Economie sur le dos des autres mais, pendant ce temps, ils s'engraissent !
Double mandat pour Najat Vallaud Belkacem : Ministre + conseillère générale du Rhône et, comme cela ne suffisait pas Boris Vallaud, son mari, a été nommé au poste de secrétaire général adjoint de l'Elysée !


Ecrit en 2009 mais, toujours au goût du jour !!!!!
!
Deux sujets de philo ne peuvent qu’interpeller :
« Que gagne t-on à échanger ? » (série ES)
Avec ce changement de ministre, ce sujet est vraiment à l’ordre du jour ! Le gain de l’échange, nous ne le connaîtrons que plus tard mais, le changement génère souvent l’espoir…
Sujet de la série S qui porte sur les notions d'absurde et d'impossible.... 
Ce sujet a amené bien des personnes non-candidates au BAC à s'interroger.
« Ces désirs sont-ils du domaine de l'impossible ? »
-Un ministre à l’écoute des profs, des élèves, de toutes ces personnes qui sont sous ses ordres…
-Un ministre qui n’utilise pas l’agressivité des mots pour créer des tensions entre Service public et Service privé.
-Un ministre qui n’assiste pas avec indifférence au démantèlement de notre école de la République.

-Un ministre qui comprenne, qui tente de remédier aux maux de notre école, n’est-ce pas du domaine du possible! ? (Extrait de Au risque de me perdre) 

« Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » (E de la Boétie)




dimanche 23 novembre 2014

Zorro, lui, était honnête !

Quand on évoque le retour de Sarkosy, il est souvent fait allusion à Zorro .....Mais, Zorro, lui, aimait les gens, aidait les pauvres et n'hésitait pas à partager ! Mais, Zorro est un  mythe, le mythe du justicier et, Sarko n'a rien de Zorro  !!!!
"Alain Juppé, copieusement sifflé par la foule sarkozyste pour avoir rappelé la règle commune de la droite, à savoir la nécessité d’une «primaire ouverte» pour désigner le candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle de 2017 : l’incident laissera des traces. " (Libération)

Aucun respect de la part des Sarkozystes qui se seraient déplacés des quatre coins de France dans le seul but de huer Juppé ! 
Juppé serait-il tombé dans un piège ? Un traquenard ? 
Si c'est le cas, c'est écoeurant et triste..... Aucun respect, un certain mépris pour l'autre qui sont bien en accord avec le personnage qui tente par tous les moyens de revenir au pouvoir ! 
Pauvre France qui se laisse ainsi aller à de telles insanités !
"Pour leur démonstration de force, les réseaux sarkozystes avaient rameuté, à grand renfort d’autocars, de toutes les régions du Grand Ouest, du Pays Basque jusqu’en Bretagne". (Libération)

 "Nicolas Sarkozy a montré la semaine dernière qu'il n'avait pas su résister à l'appel de la foule en promettant l'abrogation du mariage pour tous. Cette fois, il n'est pas parvenu à la tenir. C'est préoccupant quand on veut rassembler", a taclé Edouard Philippe, député-maire UMP du Havre, dans "Le Parisien".

J'avoue ne pas aimer Sarkosy : son ego surdimensionné, ce mépris pour les autres, cet opportunisme, ce manque de respect pour la France elle même...N'oublions pas qu'en 2007, il n'a pas hésité à s'octroyer une augmentation de salaire de 170% alors que des personnes vivent dans un état de précarité indescriptible ! Les autres, il s'en moque....triste sire ! Comment des personnes peuvent-elles lui faire encore confiance et se conduire comme elles l'ont fait à Bordeaux ? 
Pourtant, je reconnais qu'en 2007, entre Ségolène et lui, j'ai pensé qu'il ferait plus le poids mais, il n'a montré que vulgarité, mépris.....Souvenez vous : des "cass'toi pauv'con " ! Propos indignes d'un président ! 
Mais, ce mépris pour le peuple, il l'avait montré bien avant.....alors, qu'il n'était que Ministre mais, on n'y avait prêté attention. 
Personnellement, je suis choquée par ce qui s'est passé à Bordeaux !

 Nicolas Sarkosy en février 2006 avait dit en plaisantant : « L'autre jour je m'amusais, on s'amuse comme on peut, à regarder le programme du concours d'attaché d'administration. Un sadique ou un imbécile, choisissez, avait mis dans le programme d'interroger les concurrents sur « La Princesse de Clèves ». Je ne sais pas si cela vous est souvent arrivé de demander à la guichetière ce qu'elle pensait de « La Princesse de Clèves....Imaginez un peu le spectacle ! »
« Par ces mots, Nicolas Sarkosy a fait la promotion de la Princesse de Clèves » titrera par la suite le journal « Le Monde » !
Par réaction à ces paroles, des lectures publiques de ce roman sont organisées dans les rues et les squares des grandes villes. Même dit sur le ton de la plaisanterie, cela est apparu choquant de la part d'un ministre, futur Président. C'est en effet une des tâches de l'école de faire découvrir la culture. Par ailleurs, on ne peut que s’interroger sur le rapport qu’il fait entre attaché d’administration et « guichetier »! (Extrait de "Au risque de me perdre" )

« L’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain, qui, depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles… Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine, ni pour l’idée de progrès. »

Il s'agit du passage le plus connu et le plus répugnant du discours de Sarkozy à Dakar le 26 juillet 2007 (Mediapart)
Sale bonhomme !!!!!


jeudi 20 novembre 2014

Le plus vieux métier du monde !



Mardi soir à 22H30 sur la 2, une émission intéressante : « Putain, c’est pas simple » !

 Sujet sensible mais traité avec décence et respect  et qui n'occulte aucune question dérangeante. Je vous livre quelques extraits d’un commentaire que j’ai jugé fort intéressant.
« Les travailleurs et travailleuses du sexe ont droit à la même considération que les autres citoyens et, Médecins du Monde, Act Up-Paris, le Planning familial, Aides, le STRASS... plus d'une centaine d'associations ont signé un "Manifeste contre la pénalisation des prostituées et de leurs clients."
Publié le 6 novembre 2013 dans Droit et justice
"...la Cour de Justice de l’Union européenne énonce que la prostitution est une activité indépendante, comme n’importe quelle autre.
En pénalisant le client, le droit français décide donc de sanctionner ce qui n’est pas interdit, choix quelque peu surprenant."
« je ne me risquerai pas à proposer un cours sur les notions de choix volontaire et de libre-arbitre à Mme Vallaud-Belkacem, même si cela serait vraiment salutaire, mais je lui ferai remarquer qu’il y a tout de même quelque chose de savoureux dans la démarche d’une personne prétendant à l’égalité des hommes et des femmes de partir du principe qu’une femme est nécessairement incapable de faire des choix pour elle-même, dans l’absolu." (Laura-Maï Gaveriaux, Philosophe.)
"Ce qui importe est de minimiser les risques, nombreux, associés au travail du sexe. Et le seul moyen, réclamé encore et encore par toutes les travailleuses du sexe à travers le monde, c’est la décriminalisation. Pourquoi ne pas les écouter?"
(Nicola Mai, professeur de sociologie à la London Metropolitan University)

Et, pendant que nos gouvernements planchent sur le sujet pour se donner bonne conscience, le samedi soir des cars de Français quittent Perpignan et ses environs en direction de La Jonqueira (Espagne) pour rejoindre « Le Paradise » le plus grand bordel d’Europe…….








Au 14 rue Lafon, à Toulouse, réside une association de santé communautaire. Son nom est Grisélidis. J'ai trouvé un accueil chaleureux et rassurant. Si j'étais venue chercher un soutien, je suis sûre que j'aurais trouvé une oreille attentive à mes problèmes. J'aurais pu parler car je me serais sentie en confiance. Mais, ma venue était toute autre. C'est de renseignements et d'une aide très différente dont j'avais besoin !
L'association propose des ateliers gratuits et permet de rencontrer avocat et infimière dans ses locaux.
Un bus sillonne les rues de Toulouse afin de proposer à ceux qui exercent leur métier dans la rue un moment de dialogue et de détente mais aussi, distribue du matériel de prévention (préservatifs, gel....).
Dernièrement un forum de discussion a été ouvert (griselidis.com). Il est ainsi possible de communiquer, de parler de ses problèmes mais aussi d'interroger afin de trouver une réponse au sujet qui préoccupe.
"Après le verbe "aimer", "aider" est le plus beau verbe du monde." (Bertha Von Suttner)
J'ai également découvert sur internet, l'existence du "petit livre bleu" qui donne des conseils aux prostituées pour préserver santé, sécurité....ect....

C’est par le plus grand hasard et en l’ignorant que je me suis retrouvée un jour dans un bordel de Dakar…..
Je me promène depuis un moment quand un homme emboîte mon pas et nous commençons à discuter. Il travaille dans un des hôtels qui longe la plage. Il me parle de la vie au Sénégal, de la Casamance d'où il est natif et, des élections qui auront lieu le dimanche suivant.
Il m'invite à boire un verre. Il m'entraîne dans une petite rue. Nous prenons nos boissons à un comptoir dans la rue. Nous traversons ensuite une pièce peu éclairée et très enfumée. Nous voilà dans une sorte de couloir extérieur. De petites pièces sont situées de part et d'autre. Nous entrons dans l'une d'entre elles.
Un groupe d'hommes parle des élections. Très vite je les rejoins. Cette française les amuse ! Je comprends mal qu'ils continuent à voter pour un homme de 85 ans. L'un d'entre eux me dit : « Même quand il aura 100 ans, je voterai pour lui ! » ça promet.
J'évoque l'état de misère de la Casamance. J'ai le malheur de dire : « Elle est belle leur région »
Ceci déchaîne les foudres du plus âgé et il me répond : « C'est notre pays ! »
« Alors » lui dis-je : « Occupez-vous en et ne les abandonnez pas ainsi ! »
Ma réponse fait rire les autres.
De l'autre côté du couloir, je vois des femmes entrer et sortir. Que se passe t-il derrière ces rideaux à la couleur délavée ? J'interroge mon guide qui me regarde alors étonné :
« Il n'y en a pas chez toi ? »
J'ai compris et rigole :
«  Si » lui dis-je « mais, pas comme ça ! »
Je buvais le plus naturellement du monde un pot dans un « bordel » ! Rien d'étonnant puisque la prostitution est autorisée au Sénégal...

Lors d’un court séjour à Vielha (Espagne) alors que nous nous promenons, je désigne à mon compagnon une jolie maison, ornée de belles faïences. C’était un bordel et le soir, j’arrive à le décider à aller boire un verre dans ce lieu….Curiosité quand tu nous tiens !!!! lol
C’est ainsi que je discuterai avec une fille de l’Est qui deviendra le sujet de mon futur roman (peut être !).
J’irai même danser avec elle et sa gentillesse me touchera mais, cela n’ira pas plus loin !!!!
La prostitution est comme il est souvent dit « le plus vieux métier du monde » et je pense que le problème ce ne sont ni les prostituées, ni les clients mais, ces réseaux qui mettent les filles sur le trottoir. Mais, c’est plus facile et moins dangereux de s’attaquer  au client !

Le sexe est et existera toujours. Pour certains, le classique est suffisant, d’autres ont besoin de pimenter et tant que cela concerne deux personnes adultes et consentantes, où est le problème ?
Avez-vous déjà longé les plages du camp naturiste du Cap d’Agde ?
Peu de monde encore sur la plage.  Quelques corps exposés à la lumière de ce premier soleil. Mais, malgré cette heure qui peut sembler matinale aux noctambules qui ont « bringué » toute la nuit dans les boîtes osées du camp, la dune commence à s’éveiller.
« La dune »….c’est cet endroit qui domine la plage et sur laquelle quelques voyeurs ont installé leur serviette, installés pour la journée, en quête d’un spectacle qui éveillerait leur libido endormie.
« La dune »…c’est aussi là que certaines scènes un peu « hard » se déroulent. Surtout des hommes en mal d’amour, en mal de sexe masculin ou féminin ou à l’affût de visions homosexuelles.  La part d’homosexualité s’éveille !
« La dune » est là pour satisfaire tous les fantasmes…… (extrait d’un futur livre )

Mais, ma plus grande surprise était à la Jonqueira…. »Le Paradise », le plus grand bordel d’Europe ! Le samedi soir, principalement, des cars entiers arrivent de Perpignan et déversent des centaines de Français, avides de sexe et désireux de satisfaire des désirs inavoués !
Avec deux amis, nous décidons d’aller y boire un verre. Là, votre temps est compté pour déguster votre boisson. Très vite une fille arrive et vous fait comprendre que votre temps de présence est terminé. Vous prenez un supplément ou partez et…..nous sommes partis ! Les prix sont excessifs ! Il est vrai que, vu notre look, nous avons été dirigés vers les salons plus « classe » mais, quand même !
Interdire la prostitution en France, c’est envoyer vers l’Espagne !
Mais, si vraiment nos gouvernements désirent aider ces filles (et garçons) qu’ils fassent la chasse aux macs qui obligent certaines à faire le trottoir et, quant aux autres, si c’est leur choix, qu’on les laisse tranquilles !



mardi 18 novembre 2014

Une citation de Colbert et Mazarin qui n'a pas pris une seule ride


Une leçon d’administration publique qui date de 400 ans !
Toujours d’actualité…!
Voici un dialogue de Colbert et Mazarin qui n'a pas pris une seule ride !


Colbert :
« Pour trouver de l'argent, il arrive un moment ou tripoter ne suffit plus. J'aimerais que Monsieur le Surintendant m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou… »


Mazarin : 
« Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison.Mais l'État, lui, c'est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison.
Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça. »

 Colbert :
« Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent.Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ? »

Mazarin :
« On en crée d'autres. »

Colbert : « Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà. »
Mazarin : « Oui, c’est vrai, c'est impossible ! »

Colbert :
« Alors, les riches ? »


Mazarin :
« Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus.Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres ! »

 Colbert : « Mais alors, comment fait-on ? »


Mazarin :
« Colbert, tu raisonnes comme un fromage(ou comme un pot de chambre sous le derrière d'un malade) !
Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches…Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres !
C'est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux-là… plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser; c'est un réservoir inépuisable. »


Extrait du "Diable Rouge"
…et c'était il y a 4 siècles !  
Vous pouvez relire et vérifier…tout est exact au mot près !

lundi 10 novembre 2014

« Le mot de “vertu politique” est un non-sens. » (Napoléon Bonaparte)


Chaque jour une nouvelle affaire voit le jour mais, quand cela s'arrêtera-t-il ?
"Lors d'un repas fin juin, François Fillon aurait demandé à Jean-Pierre Jouyet de "taper vite" sur Nicolas Sarkozy en faisant accélérer les procédures judiciaires à son encontre pour ne pas "le laisser revenir" en politique, écrivent dans un livre les journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme".(Le Figaro")

Un déjeuner qui tourne "au vinaigre" !
C'est déplorable de voir le fonctionnement des partis, ces luttes intestines, ces combats pour le pouvoir sans respect, des guerres d'egos au sein même du parti parfois
......
Mais, pourquoi le politique ne désire-t-il pas le bien de son pays uniquement ?

C'était en 2008 :  Extrait de "Au risque de me perdre".......

"Mais, Gaby n’était pas au bout de ses surprises ! Le message d'une amie lui révélera une situation pire encore à Marseille ! Un militant et un membre du bureau en seraient même venus aux mains ! Une altercation apparemment musclée aurait opposé une figure politique, tête de liste, à un adhérent.
Elle reste abasourdie devant de telles découvertes !
« Que se passe t'il ? Cela est-il possible ? N’y a-t-il pas affabulation ? Ils ont le sang chaud dans le Midi ! » dit-elle à Julie en plaisantant.
Lorsqu’elle en fait part aux responsables de sa région, il lui est répondu :
« ….. surtout, nous devons tous veiller à ce que nos éventuelles disputes restent confinées entre nous… »
Quand je lis cela, je reste ahurie ! Dénoncer certains abus, prévenir de ce qu'il se passe ailleurs, devrait servir de leçon, d'avertissement ! Ma réponse ne tardera pas :
« Je suis en ce qui me concerne, ravie de découvrir qu'il existe encore des personnes comparables à ce que j'étais quand je suis arrivée fin 2003 ! Je ne pense pas que ce soit non plus très correct de critiquer droite ou gauche, commençons comme je l'ai dit "à balayer devant notre porte" et, je le maintiens !
Depuis  plus de quatre ans, je m'aperçois que l'attaque des autres partis est très répandue en politique ! Je n’avais jamais mis les pieds dans un parti et, j'ai cru, tout comme vous, que j'avais enfin trouvé le parti rêvé" ! Très et trop idéaliste, je buvais les paroles de F.B, distribuais des tracts, faisais "la pub" pour… J'y croyais et, moi aussi, je suis très déçue et, pas pour les mêmes raisons. Je ne cherchais personnellement rien mais, j'ai pris conscience que beaucoup cherchaient quelque chose et, nous utilisaient. Je relate tout ce que j'ai vécu et vis encore et, chaque jour ajoute une page à mon « bouquin » ! Pourquoi est ce que je ne pars pas, me direz-vous ? "


Et, je suis partie !!!!!!

dimanche 9 novembre 2014

Chanter pour ceux......









Cette après midi à 15h, la chorale "Au plaisir de chanter" se produira en l'église de la Madeleine au profit de l'association "Tarn/Madagascar".

Si vous avez :
-plus de 50 ans
-chantez juste
-aimez la fête et la convivialité
Venez nous rejoindre, nous vous accueillerons chaleureusement !



Crée en 1998 par Michèle Piccinato, la chorale "Au Plaisir de Chanter" a été reprise par Gabriel
Sanchez en 2008. Sous la baguette de leur  dynamique chef de choeur, une quarantaine de
choristes interprètent en polyphonie des chansons françaises : 

-pour des animations dans les maisons de retraite, les clubs, les écoles, ...

-pour des concerts au théâtre d'Albi, dans des églises, salles des fêtes.... au profit de restaurations de monuments, d'associations humanitaires, ...

* Ils animent aussi des mariages, des baptêmes, des fêtes de famille, ... 

L'an passé nous avons fêté les 95 ans de notre doyen. Cette année, notre doyenne a 90 ans ! Cet écart d'âge entre les choristes ( de 50 à ???????) n'est pas un handicap mais une richesse ! Avoir atteint les 80-90 ans et plus et poursuivre cette activité dans la chorale est merveilleux !
Donner des concerts dans les maisons de retraite, les hôpitaux, les associations, apporter un rayon de soleil ne peut se décrire, cela se vit !!!!! 
C'est ce que je recherchais et, je n'ai qu'un regret : ne pas les avoir connus avant......
C'est un deuil dans la famille, ce sont ces centres de rééducation, ces maisons de retraite, ces hôpitaux que j'ai découverts alors qui m'ont ouvert les yeux sur ces personnes allongées sur des lits , ces malades, ces personnes délaissées .....et, j'ai alors compris qu'il fallait les aider en leur apportant un rayon de soleil.......

Cette après midi, l'association se produira pour un Concert au profit de l’association Tarn Madagascar

Dates et horaires : Dimanche 9 novembre 15:00-16:00
Lieu : Albi : église Sainte-Madeleine

Concert offert par Chorale des Aînés d’Albi "Au plaisir de chanter", pour l’association Tarn-Madagascar.
Entrée libre, et vente d’artisanat malgache.
Tarn-Madagascar
- parraine la scolarité d’enfants à Madagascar
- soutient le fonctionnement d’écoles, d’orphelinats, de dispensaires
- participe au développement rural

Je me dis souvent que divorcer a été un bien dans ma vie. Je serais peut être devenue une petite bourgeoise avide de biens matériels, indifférente à la souffrance de l'autre, de celui que je ne connais pas,  à l'image de certaines......Qui peut savoir ?

Et, quand je retrouve ce passage de "Au risque de me perdre" je m'interroge.....

"Pourtant, de l'extérieur, on donnait l'impression d'un couple heureux. Belle maison, bonne situation, tout pouvait laisser penser que nous étions bien. Pourtant, je me souviens avoir envié en l'observant depuis la fenêtre de la cuisine, cette voisine qui se contentait de peu…d'être une mère et, une femme tout simplement ! Moi, je n'étais pas bien.
L'ennui… mère de tous les vices ! C'est vrai, je m'ennuyais avec lui. Je rentrais tôt. Il rentrait tard ! Je me couchais tôt. Il se couchait tard ! Il se levait tôt. J'aimais dormir le matin ! Qu'avions-nous en commun ? Rien ! Combien de couples vivent-ils cela ? Cette différence qui provoque la rupture !
« Si la rencontre est un hasard, la rupture est toujours une nécessité. » (Suzanne Robert)

Malgré tout, comment des personnes qui ont partagé tant de choses peuvent-elles se déchirer ainsi ? Si je voyais cela de l'extérieur, je dirais…. ce n'est pas possible ! Et pourtant, le sentiment amoureux est devenu haine. Personne ne se reconnaît plus et, lorsqu'il m'arrive de repenser à cette période, j'ai l'impression que ce n'est pas vrai, que j'ai rêvé… que je vais me réveiller un beau matin et découvrir que c'était un cauchemar ! Ce désir de faire mal… de vouloir vraiment «  me faire perdre la tête », de me faire croire que je devenais folle. Aujourd'hui encore, je me dis, ce n'est pas vrai, un homme ne peut se transformer ainsi !"








Le ver était-il dans le fruit ? Une femme peut-elle vraiment influencer un homme et le transformer ainsi ? Pourtant, j'ai aujourd'hui l'impression que ce n'était pas lui, pas cette personne que j'ai aimée ! Combien sommes nous à éprouver cela ? Entre Haine et Amour, la frontière est très mince ......Et, même s'il est trop tard pour nous, que nos vies ont pris des chemins différents, je souhaite qu'il redevienne la personne droite que j'ai connue mais, j'ai confiance. On finit toujours par ouvrir les yeux !
Et, mes yeux se sont ouverts sur la souffrance de l'autre......

La solidarité, c'est aider chacun à porter le poids de la vie, à la rendre plus facile, plus pure, plus aimable.
( Henri Frédéric Amiel )
Version imprimable de cet article


vendredi 7 novembre 2014

F.Hollande vous a-t-il convaincu ?









Comme beaucoup, j’ai écouté notre président à son mi-mandat. J’avoue ne pas avoir été très fidèle à l’émission et j’ai beaucoup « zappé » tellement il était peu convaincant. Je dirais presque que j’ai eu de la peine pour cet homme qui se débattait empêtré dans ce filet qu’il s’est tendu seul (personne ne lui a demandé de se présenter !) et  dont il reste prisonnier !

Parmi les mesures annoncées : 
« Des contrats aidés pour les seniors
François Hollande a annoncé le retour d'une allocation pour les chômeurs qui ont suffisamment cotisé mais n'ont pas atteint l'âge de la retraite et la création d'un contrat aidé pour les chômeurs seniors à qui il manque quelques trimestres de cotisation.
"J'ai décidé pour les personnes qui ont toutes leurs annuités, qui ont plus de 60 ans et qui ne trouveront plus d'emploi jusqu'à 62 ans (...) pour ces personnes, on pourra avoir cette prestation" qui avait été supprimée, afin de "les conduire à la retraite", a déclaré François Hollande. »(Romain Rennel pour RTL)
En écoutant cette personne qui évoquait la situation difficile dans laquelle elle se trouvait à 2 ans de la retraite, j’ai pensé alors….. » rien n’a changé » et en écoutant F.Hollande répondre je me suis exclamée : « des mots, encore des mots » !!!!

Les réponses de notre Président me renvoient à mon livre : « Au risque de me perdre » en 2009 !

« Jeudi 26 juin 2009 : La Dépêche titre : « Le gouvernement a présenté hier ses mesures pour favoriser l'emploi des plus de 50 ans. »
La France détient le record du sous- emploi des seniors de 60 à 64 ans dans l'Union !
Conscient de ce problème, le gouvernement émet des solutions. Mais, à aucun moment, il n'est question du service public. En parcourant le journal cette impression s'amplifie : « Le gouvernement entend maintenir un plus grand nombre de seniors en action. Or, il ne suffit pas que le pouvoir politique décrète pour que les entreprises obtempèrent. » Grand donneur de leçons pour les autres, comment l'Etat traite-t-il ses salariés ?
Mardi 4 novembre : un article sur Internet attire l'attention :
« Le gouvernement a lancé mardi une opération destinée à diffuser à compter de 2009 « une batterie de bonnes pratiques » des entreprises pour l'emploi des seniors. Le ministre du Travail Xavier Bertrand a rappelé qu'il fallait discuter de l'emploi des seniors dans toutes les entreprises en 2009, notamment des conditions de travail, de la formation, de la rémunération, et, les entreprises qui refuseront de le faire seront sujettes à pénalité à partir de 2010. »

Le discours de F.Hollande m’a laissée dubitative !

Et, avec une ministre comme Najat Belkacem, qui considère que le voile n’est pas un signe qui remet en cause la laïcité dans l’école de la République, on ne peut plus croire à un Président qui laisserait faire cela et qui ne défendrait pas notre Ecole ! 
De telles décisions m'effraient puisqu'elles remettent en cause les fondements même de notre école de la République !
Je crains que notre Président ne se soit bien mal entouré ! 

Malika Sorel, ancien membre du collège du Haut Conseil à l'Intégration et de sa mission Laïcité, dénonce une loi qui ne peut que nuire à notre école dans sa réponse  : 

« Si l'on souhaite restreindre la discussion à la seule laïcité, et en particulier à la loi de 2004 puisque c'est elle qui est concernée par les accompagnements scolaires, je dirai que ces sorties sont partie intégrante du projet pédagogique et qu'elles sont placées sous le sceau de l'école de la République » (Malika Sorel)

Effectivement, une mère qui encadre une sortie est couverte par l’assurance de l’école et devient donc, un temps, personnel scolaire !
Il a été demandé d’exclure tout signe religieux au sein de l’école aussi, pourquoi permettrait-on à certains de déroger à cette loi ?
Quand cette loi a été promulguée, tout le personnel scolaire s’y est plié sans contester ! D’ailleurs, pourquoi contester une loi qui nous est apparue juste ?


« La loi doit avoir autorité sur les hommes, et non les hommes sur la loi.  » (Pausanias)

mercredi 5 novembre 2014

La France retrouve sa place de 1er producteur de vin !










La France retrouve sa place de 1er producteur de vin !
L’Italie et l’Espagne rétrogradent à la deuxième et troisième place avec des baisses de production respectives de 15% et 19%.
Les salons se multiplient mais, comment choisir alors qu'il existe des petits producteurs avec de très bons vins qui ne sont pas connus. 
Alliance Saveurs et Vins (cliquez sur le lien pour découvrir ASV) a conçu un concept original ! 
"Qui est mieux placé que le consommateur lui même dans le choix de ses bouteilles de vin ?
Dans ce principe, nous avons pris la décision de vous mettre au centre de notre concept. Vous nous suggérez des vins que nous irons chercher, avec plaisir. Cette suggestion a pour objectif d'organiser des dégustions pendant toute l'année (dans toute la région) pendant lesquelles nous faisons voter les consommateurs. Les trois meilleurs vins de la dégustation sont ainsi selectionnés pour faire partie de nos prochaines Box ". (Propos de Yves et Jérome )
Ne soyez pas simplement consommateur mais, devenez acteur du concept en participant aux événements et en partageant vos découvertes."


Un très beau poème de Charles Baudelaire : 

L'âme du vin

Un soir, l'âme du vin chantait dans les bouteilles :
" Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,
Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,
Un chant plein de lumière et de fraternité !

Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,
De peine, de sueur et de soleil cuisant
Pour engendrer ma vie et pour me donner l'âme ;
Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant,

Car j'éprouve une joie immense quand je tombe
Dans le gosier d'un homme usé par ses travaux,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux.

Entends-tu retentir les refrains des dimanches
Et l'espoir qui gazouille en mon sein palpitant ?
Les coudes sur la table et retroussant tes manches,
Tu me glorifieras et tu seras content ;

J'allumerai les yeux de ta femme ravie ;
A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
Et serai pour ce frêle athlète de la vie
L'huile qui raffermit les muscles des lutteurs.

En toi je tomberai, végétale ambroisie,
Grain précieux jeté par l'éternel Semeur,
Pour que de notre amour naisse la poésie
Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur ! "

Méfiance !!!!!! Des mots.....rien que des mots !

    Un extrait de "Au risque de me perdre" qui en dit long !!!!!! 
L'expérience des autres ne sert pas à grand chose mais, elle rassure parfois et renseigne souvent !

                                                                  Le Médiateur
                                   « Conseiller est aisé, aider est difficile » Proverbe chinois


Rentrée chez elle, Gaby savoure sa tranquillité, sa baignoire et la quiétude de sa maison !
Elle doit se rendre à l'inspection académique et, je la vois revenir, furieuse !
Je la regarde étonnée ! Ses rapports avec le personnel sont sans problèmes. Que se passe t-il encore ?
«  Alors que je rencontrais le responsable qui gère mon accident de travail, il m'apprend que je vais être payée à demi-traitement, le complément me sera donné plus tard. Ce n'est pas normal ! Il m'explique alors, ennuyé que la commission médicale ne m'ayant pas convoquée depuis quelque temps, le rectorat décide arbitrairement de basculer les gens en maladie ! Je ne suis pas la seule dans ce cas et, lorsque nous évoquons les difficultés dans lesquelles vont se trouver certaines personnes, nous sommes tous deux écœurés ! J'apprécie cet homme pour ses compétences et pour son courage. Il n'a pas hésité à passer des concours pour changer de statut et, il réussit parfaitement dans cet autre poste ! Je le connaissais dans son autre emploi. Il était visible qu'il ne se sentait pas bien. Il est transformé et, j'en suis ravie pour lui ! Nous appelons le service concerné au rectorat et la personne qui nous répond confirme ses propos. Elle est ennuyée mais, elle obéit aux ordres. Je lui explique donc que j'attends son courrier et, dès réception, je demanderai une explication. Elle évoque la possibilité d'obtenir un complément de salaire par la mutuelle et, nous rembourserions quand la situation serait éclaircie. »
Gaby rencontre une responsable de cette mutuelle qui est effarée par ce qu'on leur demande ! L'Education Nationale leur suggère de servir de banque. c'est impensable ! Le courrier arrive quelque temps après. Gaby va, comme elle l'avait dit, écrire pour avoir une explication et évoquer certains problèmes.
« Avez-vous pensé au personnel en demi-traitement, aux personnes seules avec loyer ou emprunt et qui vont se trouver injustement en difficulté ? Dans l’éventualité où ces personnes auraient besoin d’emprunter pour «survivre» l’Education Nationale paiera-t-elle les intérêts d’emprunt ?
Je vous saurai gré de me faire savoir si cette situation est transitoire ou si ce texte est définitivement en vigueur ? Pouvez-vous me faire parvenir ce texte par retour du courrier ? »
Gaby me regarde, la circulaire entre les mains.
«  J'ai lu et relu cette circulaire ! Je n'ai rien trouvé qui autorise l'éducation Nationale à transformer un arrêt de travail en maladie mais, par contre, j'ai été hérissée quand j'ai découvert cela :
« En cas d'inaptitude définitive à l'exercice des fonctions, sans qu'un reclassement ait été possible, le fonctionnaire est mis à la retraite sans délai, à sa demande ou d'office, à l'expiration d'un délai de douze mois à compter de sa mise en congé. » (circulaire n°1711 du 30 janvier 1989)
Ce qui signifie que l'Education Nationale, un service public, peut, sous prétexte qu'il ne trouve pas de possibilité de reclassement, envoyer le fonctionnaire à la retraite de son propre chef, sans que l’intéressé ait donné son accord ? C'est tout simplement ahurissant ! »
Plus elle entre dans les textes, plus Gaby est écœurée !
Elle demande un rendez-vous au médiateur censé régler le problème avec le rectorat. La
plupart de ses courriers sont restés sans réponse ! Est ce normal ? C'est un ancien proviseur, auquel elle expose ses problèmes et présente les différents courriers préparés, parfois envoyés, mais, il s'efforce de défendre l'administration dont il dépend ! Cela ne l'étonne pas vraiment, il est le médiateur du rectorat ! Il lui fait d’ailleurs remarquer que ses courriers envoyés au ministère ne servent à rien et, au contraire ils mécontentent les services ! Elle ferait mieux de se taire !
C’est un bon fonctionnaire dira-t-elle par la suite … ça veut tout dire avec elle !
« De toute façon », me dit-elle, « si je ne fais rien, cela ne bougera pas, si je me défends et frappe à toutes les portes, c’est dérangeant ! Tant pis, je préfère déranger ! J’ai dit au médiateur que j’irai jusqu’au bout ! Où est le bout ? m’a-t-il demandé. Je n’en sais rien lui ai-je répondu mais …j’y vais ! »
Il lui apprendra aussi que si l'administration n'a pas répondu dans les trois mois, cela signifie… refus ! Elle apprend par la suite d'un député rencontré que c'est l'inverse dans le service privé! Il est étonné que le service public bénéficie d'un statut différent. Par la suite Gaby fera parvenir un courrier au médiateur :
« Même si mon problème doit se régler rapidement, je ne suis pas seule à être confrontée à de telles situations et, je trouve injuste cette façon d'agir qui risque de mettre en grave difficulté bien des personnes. L'accident n'est pas un choix ! Pénalisées par une perte de certaines capacités, ces personnes se retrouvent confrontées à des difficultés financières.
Malgré tout le respect que je peux porter à mon employeur (l'Etat en l'occurrence), je ne peux rester indifférente à des situations qui me paraissent injustes.  
Dans son souci d'équité (comme vous me l'avez signalé), Mr le Recteur devrait aussi prendre en compte cela. »
Par la suite, elle surprendra une conversation téléphonique et comprendra qu’il suggère au responsable du service qu’on insiste pour qu’elle parte d’elle-même à la retraite.
«C’est révoltant ! » dira-t-elle en ouvrant la porte de chez elle. « Il semblait m’avoir comprise. Il m’a d’ailleurs dit que son choix personnel avait été d’arriver à 65 ans et, aujourd’hui, il préconise l’inverse pour les autres ! Il est sûr, qu’il touche sa retraite de proviseur et, peut être bénéficie-t-il aussi d’émoluments pour sa fonction de médiateur ? Pense-t-il vraiment aux autres ? C’est quoi au juste…un médiateur ? »
Gaby est indignée ! A qui se fier ?

« Défiez-vous des mots sonores : rien n'est plus sonore que ce qui est creux» Alphonse Karr









Rien ne bouge vraiment !!!!!!

Quand je découvre cet article, je m'aperçois que depuis 2009, rien n'a changé ! Les ministres se succèdent et.....rien n'évolue !!!!

« Depuis plus de 10 ans, le nombre de possibilités d'affectation en poste adapté stagne, alors que le nombre d'enseignants en difficulté de santé s'accroît….1 médecin du travail pour 15.000 enseignants en moyenne…..
« La santé au travail des enseignants est le défi du 21è siècle au niveau de l'Education nationale et supposerait de lourds investissements. A la place, le Gouvernement semble préférer investir ses millions dans l'achat de tablettes tactiles pour tous les élèves. Comme le souligne le SNALC dans cet article, il y aurait des façons plus intelligentes d'utiliser l'argent de l'Etat.
Il devient urgent que l'Education Nationale investisse dans la santé de ses personnels. Les reclassements administratifs acceptés sont tellement faibles (moins de 150 au niveau national par an), alors
que les mises à la retraite pour invalidité ne font qu'augmenter, à tous les âges. Le chiffre annuel n'est malheureusement diffusé nulle part. »
(Association Aide aux Profs,
Mouvement associatif de seconde carrière des enseignants)

Extrait d'un courrier au Ministre en 2009 : Extrait de Au-risque-de-me-perdre

Pourquoi ne pas donner aux enseignants qui le désirent la possibilité de changer de fonction ? Enseignants qui, après un problème de santé, accident de travail qui plus est, auront des difficultés à exercer leur ancienne fonction. Pourquoi ne pas « utiliser » leur expérience dans d'autres fonctions ? Et, lorsque je lis dans la lettre aux enseignants de N.Sarkosy, je m'étonne que dans l'éducation nationale, dans un service public, on fasse fi de tout cela : « La reconversion de ceux d'entre vous qui après avoir longtemps enseigné éprouveront le besoin de changer de métier et faire valoir autrement leurs compétences, leur savoir, sera facilité que ce soit à l'intérieur du service public ou à l'extérieur. »
Je me permets, à ce propos, de citer certains passages du « livre vert sur l'évolution du métier d'enseignant » :
« Repenser la dynamique de la carrière des enseignants, c'est tout d'abord s'interroger sur le rythme de cette carrière. »(p.208)
« la demande des enseignants est qu'on leur donne la possibilité d'une « respiration professionnelle ». (p.47)
Evoquant le désir des enseignants, il est aussi dit ceci : « Ce qu'ils attendent, ce sont des possibilités de diversification, de mobilité, d'ouverture... »(p. 208).
En considérant l'allongement du temps de travail, n'est-il pas nécessaire de développer ce qui a été évoqué p.209...un régime de « seconde carrière » ?
A une époque où on parle de reculer l'âge de la retraite est-il normal de ne pas offrir une chance de travailler différemment 5 ou 6 ans avant de quitter l'éducation nationale ?
Nous savons que d'ici 2050, la population des personnes de plus de 65 ans va doubler.
Une enquête effectuée en 1999, montre qu'en France, 30% des ménages perçoivent une retraite. et dans l'Union européenne ce pourcentage est de 33%.
Dans de nombreux pays de l'Union européenne l'âge légal de la retraite a été amené à 65 ans et, même à 67 ans pour le Danemark. Les Etats Unis sont eux aussi à 67 ans.
Cela veut dire que nous ne sommes plus considérés, passé 60 ans, trop vieux pour travailler. Alors, pourquoi ne pas nous donner, si nous le désirons, la chance de connaître une autre fonction ?
Est-il normal de payer trois salaires (un remplaçant, le professeur, un adjoint) alors que deux salaires suffiraient(un prof qui remplace et un principal adjoint ou autre fonction suivant le désir) ? Alors que l'on nous parle en permanence : Economie ! est-ce raisonnable. ?



A lire - à consulter...